Test Pirelli Diablo Rosso 3 : usage routier et sportif

Toune (aka Antoine) a testé les pneus Pirelli Diablo Rosso 3 et fait un retour complet sur le guide moto Tiregom. Pneus moto Sport/Touring, les Diablo Rosso 3 sont les incontournables des motards qui veulent du confort, du grip et une bonne tenue de route, qu’importe le chemin qu’ils empruntent !

 

Essai, test, comparatif du pneu moto Pirelli Diablo Rosso 3

 

Informations pratiques :

  • Nom : Pirelli Diablo Rosso III
  • Type de pneu : Sport Touring (et il mérite bien cette appellation)
  • Composition : pneu Bi-gomme
  • Issu de la technologie et du savoir-faire Pirelli en Super bike.

 

Train pneumatiques Pirelli Diablo Rosso 3

 

Pourquoi ce pneu ?

Malgré mon jeune âge et mon manque d’expérience significative dixit mon assureur, j’ai rapidement fait le choix du pneu sport/Touring.

Alors pourquoi partir sur le Pirelli Diablo Rosso III ?

Si vous choisissez ce pneu c’est que vous recherchez avant toutes choses, du grip sur le sec. Beaucoup de grip. Successeur légitime du Pirelli Diablo Rosso II, il joue dans la cour des grands sans pour autant se brûler les ailes à se rapprocher de trop près du Supercorsa. N’ayez pas de regrets, ce pneu est une véritable agrafeuse d’asphalte.

 

Bande de roulement pneu Pirelli Diablo Rosso 3

 

Les caractéristiques et compétences :

On se rendra vite compte que ces pneus sont un condensé de précision, issu des technologies du Superbike.

Précis tant au niveau de la conduite qu’au niveau des remontées d’informations.
 Sur l’angle le pneu est ancré dans le rail que vous lui aurait choisi, qu’il soit bon ou mauvais. Il a aussi l’avantage d’être un pneu grivois avec lequel on sentira un gain d’agilité du train avant. Ce qui est paradoxal. Vous serez dans un rail, dans lequel vous pourrez choisir à votre guise de changer à tout moment sans trop de difficulté.

La tendresse de la gomme se fait vraiment ressentir lors des sorties de courbes rapides, le pneu a tendance à absorber la contrainte et temporiser de manière douce et efficace pour offrir confort et adhérence. Suffisamment d’adhérence pour ne pas glisser.

 

 » En fait, avec les Diablo Rosso III on se sent en sécurité. « 

 

Les remontées d’informations quant à elles, sont également bien présentes. Une gêne pour certains, un confort pour d’autres, mais je pense que nombreux sont les motards qui aiment sentir ce sur quoi ils roulent et ce qui se passe sous leurs pneus. Sur des revêtements graveleux, l’information dans les mains est excellente, tout comme sur les passages gravillonnés où cette sensation a un côté apaisant, on ressent la tenue de route du pneu.

 

Durée de vie pneu moto Pirelli

 

Quelle utilisation ?

J’ai fait le choix de ces pneus en toute connaissance de cause. Et je me suis rapidement rendu compte que ce sont d’excellents pneus routiers, d’un confort inégalé, toutes marques – que j‘ai pu tester- confondues. Suffisamment souple pour assurer un confort qui ne passe pas inaperçu, suffisamment rigide pour assurer le côté sportif.

J’ai donc décidé de tester ce pneu moto pour un Road trip.

3500 kilomètres, le tour de l’Irlande et des routes à virages à perte de vue. Des balades rythmées, des balades plus cools, de l’autoroute au réseau secondaire, du soleil à la pluie, j’ai eu la chance d’avoir un éventail de conditions pour le tester de long en large.

J’ai pu également tester le Pirelli Diablo Rosso III sur piste, sur le circuit du Luc plus précisément. 


Certains pneus toléreront des pressions pistes élevées. Pas le Rosso III. Il s’agit là d’un pneu qui monte facilement en température sur route, le phénomène est d’autant plus important sur piste. Il est donc plus qu’indispensable de faire une pression piste correcte. 
Une fois ces réglages effectués, vous pouvez y aller, l’accélération franche sur l’angle est un vrai régal sans compter la capacité d’absorption sur les freinages. C’est d’ailleurs ici qu’on remarque que c’est un pneu typé sport, car il faudra vraiment rouler fort pour amener le pneu dans ses retranchements.

 

Pneu moto Pirelli Diablo Rosso 3

 

Limite du pneu

À vrai dire, il y en a peu. Malgré les 150 cv de la Multistrada, le pneu ne bouge pas d’un pouce. Sur le mouillé, malgré une conduite raisonnable et assurée, jamais de frayeur, je ne compte ni les plaques d’égouts, ni les lignes blanches bien évidemment. 
Le pneu monte en température et la garde suffisamment pour assurer un grip réconfortant sur le mouillé. Sur le sec, il devient un vrai grille-pain.

Les reproches à lui faire ?

C’est un pneu qui plonge la moto sur l’angle trop rapidement pour des novices. Cependant, tout est simple : la mise sur l’angle sans forcer, la récupération des mauvaises trajectoires, même le freinage.

L’unique limite que je lui ai trouvée c’est à froid. On a vite l’impression de rouler avec un pneu de 15 kg aussi agile qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Le pneu semble lourd, peu agile et sur lequel il faut forcer pour obtenir gain de cause.

Par contre, il chauffe relativement vite, ce qui gomme cet aspect peu rassurant. Car oui, une fois chaud, votre moto, quelque soit son poids gagnera significativement en maniabilité.
Une autre critique -qui en fait n’est pas une- c’est qu’on ne sait pas vraiment quand il va décrocher. En tournant cette remarque d’une autre manière, ce pneu est-il sujet au décrochage ? Je n’en ai pas été victime malgré ma conduite un tant soit peu sportive.

 

 » La confiance est reine sur ces pneus et c’est d’ailleurs ça qui donne ce côté réconfortant. « 

 

Longévité

Comme les pneus « magiques » qui agrippent sur le sec, sur le mouillé et avec lesquels on peut faire 40 000 kms n’existent pas, il y a des choix à faire. Et là c’est le choix du plaisir au détriment d’une durée de vie conséquente.

6000 kilomètres auront eu raison de ce pneu mais ça aura été 6000 kilomètres de pur plaisir. 
Malgré le changement de gomme visible à l’œil sur le pneu arrière, c’est une usure uniforme entre la bande de roulement et le reste du pneu qui vous attend, avant comme arrière. On reconnait bien là toute la technologie de Pirelli qui rend ce train de pneu complet et efficace. Ne l’oublions pas, c’est bien Pirelli qui équipe les motos de Moto GP en catégorie reine pour la saison 2019
. Par contre, il faudra vous attendre à changer le pneu arrière plus fréquemment que l’avant. En effet et à titre d’exemple, il m’aura fallu deux pneus arrière pour venir à bout du pneu avant. Ne l’oubliez pas, c’est un budget qu’il faut prévoir.

 

Pneu moto Pirelli

 

 

Les + / les – :

Les + :

  • Chauffe rapidement
  • Grip sur le sec irréprochable
  • Profil sport
  • Facilité à prendre l’angle

Les – :

  • Lourdeur à froid
  • Usure rapide
  • Facilité à prendre l’angle (qui peut être perturbant pour les novices)

–> Cliquez sur le lien pour comparer les prix du Diablo Rosso 3

 

À propos de l’auteur :

Toune aka Antoine : je n’aime pas le Nutella mais j’ai tendance à tartiner. Je route en Ducati 1200 Multistrada 2010.
Découvrir la présentation de Toune.

 

Lisez les autres articles moto :

Share This

😊 Partagez-moi !

Cet article vous a aidé ? Partagez-le pour nous remercier. Merci !