Pourquoi et comment gonfler un pneu à l’azote ?

Dans le monde de l’automobile, des avancées technologiques mises au point en compétition finissent par faire leur chemin jusqu’aux véhicules particuliers, et tel est notamment le cas du gonflage des pneus à l’azote. Il nous paraissait donc opportun de s’intéresser à cette méthode de gonflage de pneus encore peu répandue, mais dont les bénéfices sont indéniables.

 

 

 

Pneu gonflé à l'azote

 

Pneu gonflé à l’azote, quelles différences ?

Avant toute chose, il est très important de bien comprendre que, pour plusieurs raisons, un pneumatique se dégonfle naturellement au fil du temps. L’air, tel qu’il nous entoure, est un gaz très sensible aux écarts de température, notamment, et de pression barométrique. Ainsi, suite à un gonflage « classique », l’air va s’échapper, réduisant la pression à l’intérieur du pneu. Ce phénomène est inévitable, mais gonfler avec de l’azote permet de diminuer par trois la vitesse de la perte de pression.

Comment est-ce possible ?

Ceci s’explique par la « pureté » de l’azote, qui ne contient pour ainsi dire aucune trace d’humidité ou de poussière, et qui apparait donc in fine plus stable que l’air.

 

Avantages du gonflage à l’azote

En outre, si le principal avantage d’un pneu gonflé à l’azote réside dans l’espacement des intervalles de regonflage, il possède aussi bien d’autres atouts, avec une moindre résistance a roulement – le pneu restant plus longtemps à sa pression idéale – et donc, en corolaire, une consommation de carburant et des émissions polluantes à la baisse.

De surcroît, lorsqu’un pneu est correctement gonflé, sa gomme présente la meilleure surface de contact possible avec le sol, d’où une adhérence accrue et des distances de freinage optimisées. Enfin, s’il est évident que les propriétés du caoutchouc ne changent pas, le fait que le pneu soit rempli d’azote lui offre une plus grande capacité d’absorption des chocs, d’où un plus grand confort de conduite.

En résumé, pourquoi gonfler ses pneus à l’azote ?

  • La pression diminue moins rapidement
  • Baisse de consommation de carburant et des émissions de CO2
  • Distances de freinages réduites
  • Meilleure adhérence

 

Inconvénients d’un pneu gonflé à l’azote

À ce stade, vous vous demandez peut-être si un pneu à l’azote est exempt de tout défaut. En réalité, non, car cette technique présente bien quelques inconvénients, à commencer par un prix supérieur – l’azote étant plus coûteux que l’air à obtenir. Qui plus est, contrairement à une croyance répandue, le gonflage à l’azote ne supprime pas les pertes de pression « naturelles », et il faut toujours vérifier ses pneus. Or, n’espérez pas pouvoir vous rendre dans n’importe quelle station-service pour un tel check-up, car pour éviter un mélange d’air azote, qui reviendrait à annuler les avantages précédemment mentionnés, il faut impérativement utiliser un gonfleur spécifique, ou une bouteille azote pour pneu.

En résumé, pourquoi ne pas choisir l’azote ?

  • Prix élevé
  • Vérification de la pression toujours nécessaire
  • Difficulté de trouver de l’azote à la pompe ou en bouteille

 

Alors, pour ou contre un « gonflage pneu azote » ?

Afin de répondre à cette question, intéressons-nous aux avis des clients et aux tests et essais d’experts, que l’on peut trouver sur le Web avec une recherche telle que « gonflage pneu azote avis ».

L’on constate alors que les atouts de l’azote sont bien réels, et que sur des véhicules aux pneus « taille basse » notamment, le gain en tenue de route et en sécurité est bien réel. De plus, l’azote étant insensible à la température extérieure, il convient aussi bien à un pneu hiver sur la neige qu’en plein été caniculaire, tout en limitant l’entretien. Par contre, le gain en carburant est plus réduit – de l’ordre de 2% – et trouver un gonfleur compatible est une vraie contrainte au quotidien, à moins bien sûr de pouvoir le faire chez soi.

 

Gonflage pneu

 

Comment gonfler un pneu à l’azote ?

Vérifier la pression

La première étape consiste, logiquement, à vérifier la pression actuelle de ses pneumatiques, au travers d’une jauge de pression, qu’elle soit à cadran ou « en crayon », et positionnez-la à l’entrée de la valve du peu. Lorsque vous appuierez le bout de la jauge, la valve émettra un léger sifflement, avec une perte – minime – d’azote, mais vous pourrez alors avoir une lecture de l’état réel de la pression dans le pneu. De plus en plus de véhicules proposent une vision instantanée de cette mesure au niveau du tableau de bord, mais ce sont des capteurs qui peuvent connaître des défaillances, et rien ne vaut une vérification visuelle régulière. N’oubliez pas qu’un pneu sous-gonflé ou sur-gonflé peut entrainer une crevaison.

 

Trouver la bonne pression

La seconde étape implique de connaître la pression idéale de ses pneus, une information que l’on peut trouver dans le véhicule, le plus souvent au niveau de la portière du conducteur ou de la trappe à carburant. Cette pression est valable aussi bien pour de l’air que de l’azote, et elle se situe généralement entre 2.1 et 2.5 bars, mais peut dépasser les 3 bars sur certaines voitures, et/ou en cas de forte charge. En outre, rappelez-vous qu’il s’agit d’une pression « à froid », et que si vous avez beaucoup roulé avant de la contrôler, le résultat s’en trouvera faussé.

 

Regonfler

La troisième étape est celle du regonflage avec une pompe, un compresseur ou une bouteille azote pour pneu. A ce stade, veillez à bien maintenir le gonfleur sur le bout de la valve pour que le précieux gaz ne s’échappe pas en dehors du pneu, et vérifiez fréquemment la pression pour ne pas avoir de sous ni de sur-gonflage. Enfin, replacez bien les bouchons – verts, dans le cas d’un pneu gonflé à l’azote – sur les valves.

 

Où trouver une bouteille d’azote pour pneu ?

Ce type de bouteille se trouve bien entendu auprès de certaines stations-services et garages, mais si leur nombre tend à croître, tous n’en proposent pas encore – loin s’en faut.

Il est dès lors préférable de se tourner vers des magasins tels que Norauto ou Feu Vert, voire même en ligne – sur Amazon ou Ebay, par exemple – afin de se constituer un petit stock d’avance à domicile.

 

En conclusion

Le gonflage d’un pneu à l’azote n’est pas que du « marketing », car même si l’air ambiant contient déjà près de 80% d’azote, le fait de porter ce ratio à 95 ou 99% améliore le comportement routier de son véhicule. Attention, cependant, aux contraintes liées au regonflage périodique, qui peuvent être contournées avec un compresseur d’air portatif et des bouteilles d’azote chez soi.

 

Nos autres articles sur le gonflage des pneus :